La communauté Gandi

Nom de domaine en .gay, l’extension engagée

nom de domaine en .gay

La Journée mondiale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie est une journée mondiale célébrée le 17 mai. L’occasion pour Gandi de mettre en lumière, l’extension .gay, qui est bien plus qu’une extension. Focus sur les particularités du .gay qui en font un symbole de l’engagement envers la communauté LGBTQ+.

La décision de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) en 2011 d’augmenter de façon très significative le nombre de domaine de premier niveau générique (gTLD) a offert des possibilités à de nombreuses communautés d’intérêt et de nombreux groupes professionnels de disposer d’adresses explicites. Mais peu de registres en charge de ces TLDs ont fait le choix d’apporter autant de soutien à leur communauté que Top Level Design, détenteur du “.gay” (lien en anglais) depuis septembre 2020. 

Le choix de ce nom de domaine peut être, comme pour tout autre gTLD, tels que “.immo”, “.game” ou “.bio”, guidé par la volonté de donner une indication sur le public que l’on souhaite toucher avec son site. 

Mais le .gay n’est pas seulement un outil de différenciation pour la communauté LGBTQ+. C’est aussi et surtout un moyen de s’exprimer dans un environnement bienveillant et de participer concrètement à la lutte contre les discriminations à l’encontre de cette communauté.

Lancé en 2020, 50 ans après la première Marche des Fiertés, le .gay se doit d’être engagé, militant et s’inscrire, à sa manière, dans les décénnies de luttes pour la visibilité des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenre et queer.

S’adresser à la communauté LGBTQ+ avec un nom de domaine en .gay

Faire le choix du “.gay” pour lancer son site n’est pas seulement une manière de toucher un public spécifique, comme on pourrait le faire avec une population et une extension géographique. Le choix de ce TLD implique l’adhésion à certains engagements.

Le .gay pour afficher un soutien

La fonction première de ce gTLD est bien évidemment d’afficher une volonté de parler à la communauté LGBTQ+. Les organisations luttant à toutes les échelles pour les droits des personnes gay, lesbiennes, trans, queer peuvent ainsi afficher leur raison d’être avec un nom de domaine explicite.

Mais ce TLD est aussi l’opportunité pour les entreprises désirant afficher leur soutien de se présenter concrètement comme alliées, ou plus simplement pour promouvoir leur initiatives en faveur de la diversité, l’équité et l’inclusion. Pour accompagner son lancement, Top Level Design a ainsi convaincu de prestigieuses marques de se doter d’un nom de domaine en .gay, afin de montrer que la démarche n’était pas réservées aux structures militantes mais que ce choix pouvait être la marque de l’engagement d’une entreprise évoluant dans n’importe quel secteur.

Un nom de domaine en .gay pour bâtir un réseau

Le registre ne se contente pas de mettre ce nom de domaine particulier à disposition du public mais déploie des efforts pour consolider les interactions entre les acteurs du “.gay” : un blog, une newsletter (lien en anglais), une activité soutenue sur les réseaux sociaux, un annuaire et la mise en avant de certains sites proposant une manière originale d’apporter du contenu pertinent à la communauté. Top Level Design a même développé une web-serie, “The Library” pour donner la parole aux membres de cette communauté et montrer la diversité de leurs parcours.

Le .gay pour disposer d’un espace sécurisé, “.gay cares”

Dès 2011, des groupes se sont constitués pour défendre la création de ce gTLD. Dot Gay Alliance et dotgay LLC ont ainsi placé le “.gay” parmi les 84 extensions “basées sur des communautés” pour reprendre la terminologie de l’ICANN (lien en anglais). Top Level Domain, le registre en charge du “.wiki” ou du “.ink”, s’est positionné dès 2012 sur ce TLD et a pris le temps de consulter la communauté pour répondre au mieux à ses besoins. Cette veille s’avère nécessaire car l’environnement du web et les aspirations des membres de la communauté LGBTQ+ ont grandement évolué depuis 2011, le “.gay” ne nourrit plus aujourd’hui les mêmes attentes qu’à l’époque où il a été initialement pensé. 

Ces consultations ont montré que les législations en vigueur étaient jugées très insuffisantes pour lutter efficacement contre les agissements homophobes et hostiles à la communauté LGBTQ+.

À défaut de pouvoir agir de manière efficace sur l’ensemble des sites Internet, .gay exige des sites enregistrés qu’il respectent un ensemble de règles élémentaires et se réserve le droit de prendre des dispositions immédiates, notamment la suspension du site. Pour pallier l’impossibilité de suivre en temps réel le contenu de tous les sites enregistrés, Top Level Design met une adresse email spécifique pour signaler d’éventuels manquement à ce code de bonne conduite : incitation à la violence à l’encontre des personnes LGBTQ+, intimidation en ligne, harcèlement, -y compris cyber harcèlement, stalking, discours haineux…

La volonté de Top Level Design est d’ouvrir ce TLD à tous, à l’exception des groupes identifiés comme hostiles à ces communautés, et de vérifier que les comportements sont respectueux plutôt que de sélectionner drastiquement en amont, par un cahier des charges ou un tarif prohibitif, les bénéficiaires de ce nom de domaine.

Apporter une aide concrète et directe aux organisations LGBTQ+ : “.gay gives”

Le soutien apporté par le registre à l’expression des membres de la communauté passe donc par le maintien d’un environnement sécurisé mais prend également des formes plus concrètes encore. 

Le partage de ressources récompensé

Dès son lancement, le “.gay” a été proposé gratuitement à des organisations à but non-lucratif oeuvrant pour la communauté LGBTQ+. Ainsi GLAAD (Gay and Lesbian Alliance Against Defamation, fondée en 1985) et Centerlink (organisation LGBT créée en 1994 chapeautant plus de 250 centres dans le monde entier) ont été immédiatement et gracieusement pourvues de ce TLD pour les soutenir concrètement. 

Il était également possible, pour tout internaute proposant des ressources utiles pour la communauté LGBTQ+, de faire une demande pour un nom de domaine gratuit, dans le cadre du “.gay community resource program” (lien en anglais). Cette attribution se faisait pour un an au bout duquel le/la candidat(e) pouvait renouveler sa demande ou renouveler son nom de domaine aux conditions tarifaires normales.

Des revenus reversés aux associations

Outre ces attributions gracieuses de TLD, comparables à celles que Gandi propose dans le cadre de son programme de soutien à certains projets,  le registre de .gay propose un dispositif inédit dans ce secteur : 20% des revenus générés par la création de nouveaux noms de domaine en .gay sont remis à des organisations LGBTQ+ pour leur permettre d’aider ces communautés à faire face à différents problèmes.

En 2020, 148 864,41$ ont ainsi été distribués à GLAAD et Centerlink.

Le .gay n’est donc pas seulement une opportunité commerciale pour les acteurs d’Internet désireux de séduire les membres d’une communauté. Le registre responsable de ce TLD en a fait, après une consultation au plus près de ses membres, le moyen de consolider cette communauté, de lui offrir un espace sûr pour échanger et donner à ceux qui luttent pour la reconnaissance des droits des personnes LGBTQ+ les moyens, y compris financiers, de mener leur action.


Vous êtes prêt(e) à créer votre site en .gay ? Vérifiez la disponibilité de votre nom de domaine.