Les femmes dans la tech : en route vers une mixité numérique !

8 Mar, 2021  - écrit par  dans Le Bar de Gandi

Le 8 mars célèbre chaque année la Journée Internationale des Droits des Femmes.
À cette occasion, Gandi souhaite mettre à l’honneur les femmes qui font le succès de l’entreprise et de l’industrie tech. Nous avons recueilli les témoignages de 3 Gandiennes.

Les Gandiennes, notre fierté

Elles s’appellent Sophia, Maha et Chrystelle et elles font partie des équipes tech de Gandi. Des profils aussi précieux que rares, mais qui se défendent d’être un sujet « com ». Car, pour elles, Gandi ne fait pas de différences.

Mais le débat avec elles sur la mixité numérique n’en est pas moins intéressant, car elles ont des choses à dire sur leur vocation et sur leur rapport à la féminisation des métiers de la tech. Faites connaissance avec : 

  • Chrystelle : Développeuse Front
  • Maha : Ingénieure Recherche et Data
  • Sophia : Ingénieure Recherche et Développement

Qu’est-ce qui vous a menées vers votre métier actuel ? 

Chrystelle : J’ai changé de voie en cours de route. C’est un ressenti que j’avais en moi. Depuis toute petite, c’est moi qui m’occupe de « ça » dans la famille : faire les mises à jour de l’ordinateur, remettre en marche une imprimante qui plante, installer un logiciel. Mais c’est vrai qu’au lycée, les enseignants et les centres d’orientation nous mettent une étiquette selon des catégories compartimentées : on est scientifique ou littéraire, en somme. Au cours des années de fac, j’ai pu voir plus de choses.  Après un parcours en chimie, je me suis reconvertie. Ce que je veux dire, c’est qu’être une femme -ou un homme d’ailleurs- n’est pas frein pour changer de voie à tout moment d’une vie. J’aurais aimé voir une palette de métiers plus large lors de mes découvertes d’orientation.

Maha : C’est l’environnement personnel qui amène vers ces métiers. L’entourage, les découvertes, l’enseignement, il faut agir sur tous ces facteurs pour faire évoluer l’environnement personnel.

Vous êtes-vous déjà sentie discriminée à l’embauche parce que vous étiez une femme ?

Maha : J’ai en mémoire un recrutement, où je me suis rendue compte que j’étais sujette à une discrimination positive : c’est presque aussi frustrant que la discrimination « classique ».

Sophia : La discrimination positive, c’est la grande mode dans notre secteur. On ne sait pas toujours si on est approchée uniquement pour ses compétences ou pour ses chromosomes. Mais la discrimination tout court existe encore. Sur un poste précédent, j’ai été confrontée à un manager qui affichait ouvertement ses doutes à mettre une femme à la tête de son équipe.

Que pensez-vous du débat actuel sur les quotas ? 

Maha : J’ai longtemps été contre, parce que j’avais l’impression que c’était un aveu d’échec. Comme s’il fallait une obligation ou une loi pour que les femmes trouvent leur place dans les univers statistiquement « masculins » (la tech, les postes de direction). Selon une étude effectuée dans un village en Inde, avoir des femmes comme leader a normalisé la perception d’un rôle auquel les femmes n’avaient ni accès ni aspiration. Dans certains cas, la discrimination positive crée quand même un cercle vertueux : « plus de femmes » engendre « plus de femmes »…

Chrystelle : Malgré tout, le monde change : je pense que, dans 20 ans, il y aura autant de femmes que d’hommes dans nos métiers. Les profils évoluent, les métiers bougent, et les formations se remplissent de femmes, qui seront bientôt sur le marché du travail.

Sophia : Ma crainte, avec les quotas et la discrimination positive, c’est que, si les compétences ne sont plus le premier critère de choix, le niveau pourrait baisser sur le long terme. Si un profil masculin est mieux adapté qu’un profil féminin ; ou inversement, c’est lui qui doit avoir le poste.

Quel est votre regard sur la féminisation des métiers de la tech et le rôle que Gandi a à jouer ? 

Sophia : Comme dans beaucoup d’entreprises, il y a une répartition des métiers par genre. Les fonctions support comptent, par exemple, davantage de femmes que d’hommes. C’est un simple reflet de la situation dans la formation. Ça peut évoluer. Si on encourage la mixité dans les formations, il y a aura forcément plus de profils féminins qui candidateront sur des postes « techs ».

Chrystelle : C’est une question d’ouverture d’esprit. Il faut informer les jeunes femmes dès les premiers choix de formation. Les collégiennes, les lycéennes, elles ont simplement besoin de savoir que ça existe et qu’elles en sont capables, en fait ! 

Maha : Oui, je suis d’accord. La fondation L’Oréal, par exemple, a lancé en 2014 un programme « Pour les Femmes et la Science » et envoie des « role models » dans les lycées à la période des choix de filière. Cette intervention a permis d’encourager plus de filles à choisir des filières scientifiques ! Gandi s’investit pour l’orientation des jeunes via Job IRL ou le soutien à Django Girls, mais on pourrait aussi participer à des événements d’orientation.

Rejoignez-les ! 

Gandi met un point d’honneur à la représentation des femmes au sein de ses équipes. En cette journée spéciale, à défaut d’accepter de vous faire offrir des fleurs, faites-vous une fleur et lancez-vous, la programmation n’attend que vous ! Si vous êtes la future collègue de Chrystelle, Maha, ou Sophia, n’hésitez pas à nous soumettre votre candidature spontanée ou répondre à une de nos offres sur : https://gandi.jobs


Laisser un commentaire