Nouveautés et mises à jour

Que faire si votre nom de domaine est déjà pris ?

Vous avez déniché le nom de domaine parfait. Il est court, mémorable, facile à prononcer : il incarne parfaitement tout ce que vous représentez !
Vous le cherchez dans la bar de recherche de votre registre, et, mauvaise nouvelle : « Déjà enregistré. »
Que faire maintenant ? Tout recommencer ? 
Pas de précipitation, il vous reste peut-être encore quelques cartes à jouer. 

Modifier légèrement le nom de domaine

Si le nom de domaine que vous voulez est déjà enregistré, votre première option, et peut-être la plus évidente, est de le modifier légèrement pour enregistrer un nom de domaine proche de celui que vous aviez choisi. 
Il existe plusieurs façons de modifier votre nom de domaine afin de le changer suffisamment pour qu’il puisse être enregistré tout en gardant la signification de votre nom de domaine. 

Changer l’orthographe

L’une des méthodes consiste à modifier l’orthographe de votre nom de domaine. Cette stratégie est particulièrement efficace si votre nom de domaine est un mot inventé. Par exemple, si foo.com est déjà pris, vous pouvez essayer phoo.com à la place.
Un problème se pose si vous modifiez l’orthographe d’un mot courant dans votre nom de domaine. Si exemple.com est pris, eggzemple.com peut sembler être une bonne idée, mais comme ce n’est pas la façon normale d’épeler « exemple », vous perdez l’avantage d’avoir un nom de domaine court et mémorable, car vous devrez l’épeler à chaque fois que vous le direz à quelqu’un. 

Ajouter des éléments de description

Une méthode plus efficace consiste à ajouter un élément de description à votre nom de domaine. Quelques options peuvent être l’ajout de votre secteur d’activité ou de votre type d’entreprise à la fin, ou l’ajout d’un descripteur géographique, comme votre ville.
Si vous êtes une pizzeria et que exemple.com est pris, vous pouvez essayer d’enregistrer exemplepizza.com ou, si vous êtes situé à Paris, vous pouvez essayer exampleparis.com.

Articles

Une autre option consiste à ajouter un article au début de votre nom de domaine, comme « le » ou « un/une ». Si exemple.com est pris, vous pouvez essayer peut-être essayer unexemple.com.
L’inconvénient de toutes ces méthodes est qu’il existe un fort risque de confusion entre votre nom de domaine et celui qui est déjà enregistré. Les petites différences peuvent signifier créer un petit malentendu qui pourrait diriger du trafic vers l’autre site web.

Utiliser un tiret ou pas ?

Un autre problème qui se pose lors de l’ajout de descripteurs ou d’articles est de savoir s’il faut, ou non, utiliser un trait d’union. Il existe toute une série de conseils sur l’utilisation ou non d’un trait d’union dans votre nom de domaine, mais nous constatons que cela varie en fonction de la situation.
De manière générale il convient d’utiliser un tiret s’il améliore la lisibilité, notamment si le mot que vous utilisez est déjà composé d’un tiret, si la division entre les deux mots de votre nom de domaine est ambiguë, si vous l’utilisez pour raccourcir un mot ou une expression, ou si vous possédez déjà l’autre version.
Cependant, n’oubliez pas que les tirets sont difficiles à communiquer (vous devrez dire « trait d’union » ou « tiret » au milieu de votre nom de domaine lorsque vous le prononcerez à haute voix), et que certains peuvent les considérer comme des spams.

Changer l’extension

La version en .COM de votre nom de domaine n’est peut-être pas disponible. Ce n’est pas très surprenant. Après tout, le .COM est de loin l’extension la plus utilisée, un .COM a beaucoup plus de chances d’être déjà enregistré que n’importe quelle autre extension.
Si le domaine que vous voulez est déjà pris, vous pouvez l’enregistrer avec une autre extension. Mais toutes les extensions n’ont pas les mêmes utilités. Il en existe trois principaux types, que vous pouvez choisir pour des raisons différentes ou à des fins différentes. Penchons-nous sur chacune d’entre elles.

Les extensions génériques

Une extension générique est une extension qui n’a pas vraiment de signification spécifique, mais qui est simplement « générique », comme par exemple le .COM. Tout le monde peut les enregistrer et tout le monde peut s’y intéresser. Un bon exemple est le .NET, mais d’autres extensions génériques ont été créées plus récemment, comme le .SPACE, le .NAME, le .XYZ ou le .WEBSITE.
Elles constituent non seulement d’excellentes alternatives si le nom de domaine que vous souhaitez est déjà pris, mais elles peuvent également faire sortir votre nom de domaine du lot en le rendant plus mémorable puisque ces extensions vous permettent de créer une identité originale.

Les extensions géographiques

D’autres extensions font référence à des zones géographiques spécifiques. Les plus courantes sont celles qui utilisent le code à deux lettres de chaque pays. Il s’agit, entre autres, de .UK pour le Royaume-Uni, .FR pour la France, .BR pour le Brésil, etc. Il y a une extension pour chaque pays dans le monde. Vous pouvez donc enregistrer votre nom de domaine avec l’extension correspondant à votre pays.
Il existe également d’autres extensions de domaines géographiques. Certaines d’entre elles, comme le .AFRICA ou le  .ASIA, couvrent des continents entiers. D’autres, comme .TIROL ou .QUEBEC, couvrent une région, une province ou un État spécifique au sein d’un pays. D’autres encore, comme .NYC, .TOKYO ou .PARIS, sont destinés à une ville particulière (n.b. tous les continents, régions ou villes n’ont pas leur propre extension).
L’utilisation de l’une de ces extensions géographiques vous permet non seulement d’ajouter à votre nom de domaine des informations sur qui vous êtes et d’où vous venez, mais aussi de cibler un public plus spécifique sur le plan géographique.

Les extensions plus spécifiques

Il existe également une sous-catégorie d’extensions génériques qui comprend les extensions destinées à une communauté, un centre d’intérêt ou un secteur d’activité spécifique.
Il s’agit notamment de domaines sponsorisés, tels que .AERO, .COOP, .MUSEUM ou .TRAVEL, qui sont parrainés par des sociétés individuelles ou des groupes industriels liés respectivement à l’aérospatiale, aux coopératives, aux musées et aux voyages. Ce type de nom de domaine nécessite souvent de vérifier que vous faites partie de l’industrie représentée.
D’autres, comme .DESI, .NOWRUZ, .IRISH ou .LGBT, sont destinés à des communautés linguistiques, culturelles ou sociales spécifiques.
Enfin, d’autres, comme .TECH, .PET, .RECIPES, .STYLE, ou .WINE, représentent simplement un domaine d’intérêt, un hobby ou une industrie particulière.
Tous ces types d’extensions vous permettent d’en dire plus sur vous, votre projet ou votre entreprise dans le nom de domaine et peuvent également vous aider à inclure un mot clé dans votre nom de domaine pour améliorer votre classement dans les moteurs de recherche.
Cette option est disponible dans la plupart des cas, mais faites attention à ne pas enregistrer un nom de domaine avec une extension différente de celle d’une entreprise déjà établie. Vous risquez, par exemple, d’enfreindre les lois sur la propriété intellectuelle si vous essayez d’enregistrer « facebook.tech » ou « apple.tech ». Il s’agit là, bien sûr, d’exemples évidents (de domaines déjà enregistrés), mais vous pouvez tomber sur des cas plus ambigus. 

Contacter le propriétaire du nom de domaine

Si vous tenez absolument à avoir le nom de domaine que vous avez choisi et qui est déjà pris, vous pouvez aussi essayer de contacter le propriétaire actuel du nom de domaine.
Cela peut être particulièrement intéressant si le nom de domaine que vous souhaitez enregistrer n’est pas activement utilisé par son propriétaire.
 

Comment trouver les informations de contact

Le Whois est un annuaire des propriétaires de noms de domaine. Cependant, que ce soit pour des raisons juridiques ou pour des raisons de confidentialité des données, la plupart des informations du Whois sont masquées.
Cela ne signifie pas que les informations ne peuvent pas être utilisées pour contacter les propriétaires d’un nom de domaine.

Attendre qu’il expire

Si le propriétaire d’un nom de domaine ne l’utilise pas, il peut décider de le laisser expirer, auquel cas le nom de domaine redevient disponible pour quiconque souhaite l’enregistrer. Cette option n’est pertinente que si vous avez le temps d’attendre. En effet, les noms de domaine ont une période d’enregistrement minimale d’un an et maximale de 10 ans, donc même si le propriétaire actuel d’un nom de domaine ne souhaite pas le conserver, il peut s’écouler jusqu’à dix ans avant qu’il ne soit à nouveau disponible.
Vous pouvez également utiliser le Whois afin de déterminer quand un nom de domaine doit expirer. 

Tout recommencer

Si vous trouvez le nom de domaine idéal et que vous vous rendez compte qu’il a déjà été enregistré par quelqu’un d’autre, vous avez plusieurs possibilités. Vous pouvez essayer de modifier le nom de domaine en ajoutant des détails supplémentaires, en incluant un article ou en modifiant l’orthographe, ou vous pouvez essayer d’enregistrer votre nom de domaine avec une extension différente qui reflète votre géographie, votre secteur d’activité, votre domaine d’intérêt ou une autre extension générique.
Toutefois, si vous tenez vraiment à ce nom de domaine en particulier, vous pouvez essayer de contacter le propriétaire pour voir s’il est intéressé à le vendre, surtout s’il ne l’utilise pas.

Mais si, en fin de compte, ni la modification du nom de domaine, ni le changement d’extension, ni la tentative d’acheter le nom de domaine au propriétaire actuel ne vous conviennent, vous pouvez aussi tout recommencer et choisir un nouveau nom de domaine.